L’un de nos adhérents nous raconte l’histoire incroyable qu’il a vécu en Allemagne. Le SECOP-ITSRE n’est pas resté insensible à ce que l’on pourrait appeler une véritable arnaque ou un véritable piège !

N’ayons pas peur de le dire et ceci même s’il s’agit des autorités allemandes. La pratique ressemble plus à du racket légalisé plutôt qu’à une véritable action de contrôle.

Le 11 janvier 2023, l’un de nos adhérents circulait dans un véhicule de type semi-remorque lorsqu’il a été confronté à une inscription en allemand sur un panneau routier à affichage variable comme il en existe aussi en Belgique. Ce panneau était situé à au moins un kilomètre d’un parking. Ne parlant pas l’allemand et fatalement ne pouvant donc le lire, il n’a rien compris à ce qui était finalement demandé aux chauffeurs routiers, c’est-à-dire d’emprunter le parking obligatoirement mais ça, il le saura quelques instants plus tard.

A partir du 1er janvier prochain, le salaire de milliers de travailleurs belges sera indexé et qui dit « index » dit également une éventuelle augmentation de l’imposition. Vous avez été nombreux à nous poser des questions sur l’aspect fiscal de votre salaire et vous avez été plus d’un à croire que l’ensemble du salaire était concerné par cette augmentation.

Mais finalement, quelle est la partie du salaire qui est concerné ?

Le SECOP-ITSRE asbl vous propose ces quelques informations.

Il existe en réalité quatre plafonds d’imposition en Belgique. Vous pouvez les découvrir sur le tableau au bas de cet article. L’impôt des personnes physiques connaît des taux d’imposition progressifs.

Une autoroute particulièrement dangereuse par temps de pluie, c’est la E42. On se demande pour quelle bonne raison, l’eau ne s’évacue pas sur le bas-côté de l’autoroute. Pour quelle bonne raison l’eau reste stagnante sur la chaussée ? Tout ceci favorise le phénomène d’hydroplanage et d’aquaplanage. Comme nous le savons, ces phénomènes provoquent des accidents de la circulation. Outre les accidents et ne nombre de blessés et de morts, il y a aussi les milliers d’heures de travail perdues par les sociétés. En première ligne, les sociétés de transport.

C’est pourquoi, le SECOP-ITSRE asbl demande aux autorités d’analyser cette problématique et de résorber le risque d’accidents.

 

Voici plusieurs années que les syndicats historiques ainsi que les fédérations patronales planchent sur cette nouvelle classification de fonction dans le secteur du transport routier de marchandises. C’est finalement ce jeudi 17 novembre 2022 que les représentants des travailleurs et ceux des employeurs se sont mis d’accord sur cette nouvelle classification de fonctions.

Toutes les entreprises de transport doivent, avant le 1er janvier 2023, attribuer à l’ensemble de son personnel ouvrier l’une des quatre classes définies dans ces accords. La classe attribuée aux travailleurs déterminera le salaire horaire de base.

Nous voyons passer de plus en plus d’annonces d’entreprises qui recherchent des chauffeurs avec un permis C ou CE mais qui veulent les engager sous contrat d’employé ! Attention à la perte de salaire !!!

Si le statut « employé » peut attirer certains chauffeurs et ainsi les sortir du monde « ouvrier », le statut change automatiquement la Commission Paritaire dans laquelle vous êtes ainsi que vos conditions de rémunérations. Le SECOP-ITSRE tire la sonnette d’alarme et ceci dans le but que ce qui est arrivé à certains de nos adhérents ne puisse pas arriver aux autres…

 

 

Avis à nos adhérents. Ce jeudi 17 novembre 2022, l’un de nos membres s’est fait arrêter par la police fédérale à Gand. Alors que celui-ci était en train de consulter son GSM qu’il utilisait pour sa fonction GPS, un policier l’a contrôlé et lui a infligé une lourde peine, bien plus lourde que les 174 € habituel d’un PV pour l’utilisation d’un GSM en conduisant.

Le policier a pris contact avec le Procureur du Roi qui lui a donc signifié un retrait de son permis de conduire pour une durée de huit jours. Ceci représente approximativement un montant de 750 € net pour ce chauffeur.

Qu’en pense le SECOP-ITSRE ?

 

De plus en plus de chauffeurs routiers veulent changer de secteur d’activité et ceci pour de nombreuses raisons possibles et bien légitimes. Entre le risque de se voir attribuer des procès-verbaux, celui de ne jamais savoir quand on rentrera à la maison, en passant par des ordres illégaux venants d’un employeur sans scrupule, et pour ne citer que quelques exemples, les chauffeurs routiers désertent le secteur du transport pour faire autre chose de leur vie professionnelle. Mais attention !