Ce mardi 20 février 2024 à 9h28, le conducteur d’un véhicule a volontairement freiné d’une manière intempestive devant un camion qui était chargé. Les faits se sont produits au niveau du pont de Wandre. Le camion était équipé d’une caméra de bord qui permet d’enregistrer en continu le trajet du chauffeur. Conformément aux dispositions légales en la matière, notre syndicat ne diffusera pas ces images qui seront exclusivement utilisées dans le but de prouver, devant un tribunal correctionnel, ces faits. L’ensemble du parcourt entre le moment du chargement et celui de cet incident a été conservé.

D’après les statistiques de STATBEL (statistiques de l’État belge), en 2023, les accidents de la circulation ont fait 48.362 victimes dont 562 personnes sont décédées. Toujours pour cette année de 2023, les camions sont impliqués dans 6% des accidents corporels et 18% des accidents mortels (soit 1 accident mortel sur 5)

Les principales causes d’accidents impliquant des camions sont :

Lorsque l’on doit circuler avec un camion dans la majorité des ronds-points en Belgique, plusieurs constats s’imposent, le tout premier constat c’est celui de l’impossibilité pour un ensemble de type camion/remorque ou tracteur/semi-remorque de rester sur sa bande de roulage car les ronds-points en Belgique sont relativement petits. La remorque va toujours se déporter sur la bande de gauche et ainsi réduire la largeur de celle-ci. Malgré tout, n’importe quel automobiliste dépassera et ceci quitte à frôler le camion. Nous tenons à préciser que le chauffeur regardera dans son rétroviseur du côté droit pour vérifier que sa remorque n’escalade pas la bordure ou d’autres infrastructures qui pourraient dégrader les pneus de celle-ci. Et un camion, ce n’est pas une voiture ! La largeur de la cabine d’un camion obligera le conducteur à tourner la tête pour diriger son regard vers le rétroviseur.

En cas d’accident, les assureurs cherchent toujours quel est le responsable de l’accident et ceci afin de savoir quelle assurance devra indemniser l’autre partie. Bien souvent, il est difficile de prouver les choses et il arrive que le véritable responsable d’un accident s’en sorte plus ou moins bien après un accident.

 Notre organisation milite depuis de nombreuses années pour chaque usager prenne ses responsabilités en cas de problème lors de sa mobilité. Que cette mobilité se fasse à titre privé ou professionnel, chacun devrait être responsable des préjudices qu’il pourrait occasionner à d’autres personnes.

A l’heure où la technologie est de plus en plus présente dans nos véhicules et que la sécurité passive et active est de mise, il nous parait « normal » qu’un élément supplémentaire pourrait être imposé dans nos véhicules (moto, voiture, camion, tracteur, etc.). Ceci renforcerait le respect des règles du Code de la Route car en cas d’accident, il serait facile de vérifier les responsabilités.

Nous faisons le constat que des GPS, spécialement commercialisés pour des conducteurs de véhicules lourds, ne servent plus à grand-chose de nos jours. En cause ? Des centaines de routes devenues interdites aux camions et qui ne sont pas renseignées auprès des différents constructeurs de GPS. Le résultat ? Des centaines de chauffeurs qui se font piéger et qui se retrouvent dans des situations parfois catastrophiques avec leur camion.

En Belgique, des communes interdisent l’accès sur certaines voiries aux camions pour différentes raisons qui, généralement sont bien légitimes. Parfois, il arrive aussi que ces interdictions soient des interdictions dites « de complaisances » !

 

Il nous arrive régulièrement de devoir attendre de longues minutes et parfois même de longues heures dans des files interminables qui sont à l’arrêt et ceci suite à un accident de la circulation. Pour un chauffeur routier, cette situation est très régulièrement synonyme de l’impossibilité de charger ou de décharger son camion et donc, d’être en retard Outre le fait que ce genre de situation est désagréable, elle provoque également une perte de rentabilité pour beaucoup d’entreprises, mais également des rendez-vous ratés etc.

Nous constatons de plus en plus que certains usagers du réseau routier ne respectent pas les règles fondamentales pour préserver un bon niveau de sécurité sur nos routes.

 

Notre organisation syndicale milite en faveur d’une sécurité routière qui soit plus en accord avec la réalité vécue par les citoyens lorsqu’ils empruntent le réseau routier. Fort de notre expérience de la route, le SECOP-ITSRE asbl apporte ses solutions afin que les décideurs puissent prendre les bonnes décisions.

Prenons par exemple un cas parmi tant d’autres, les entrées et sorties d’autoroutes. Elles sont excessivement dangereuses et encore plus lorsque l’on conduit un camion. De plus, la pollution non négligeable, qui est générée par les véhicules qui freinent et puis qui doivent accélérer, devrait également attirer l’attention de nos responsables politiques, à moins que la sécurité routière et que l’aspect environnemental ne fassent pas parties de leurs véritables préoccupations !