Le Livre Blanc sur l'Absence de Vigilance : Regardez le reportage complet !
 

GSM au volant, c'est pas le moment !

Les chantiers autoroutiers de tous les dangers

Les chauffeurs de taxis ont aussi des problèmes

Si vous aussi vous êtes d'accord avec cette demande, cliquez sur j'aime !

Il arrive assez souvent qu’un chauffeur doit attendre plusieurs heures avant que son camion ne soit chargé et ceci pour toute une série de « bonnes » raisons : élévateur en panne, changement d’équipe, réunion syndicale, mouvement d’humeur,… par contre, lorsqu’il est l’heure de reprendre la route, les heures perdues à attendre sont perdues. Qui a déjà rattrapé deux heures sur la route ? Personne car c’est impossible.

Combien de chauffeur ne doivent-ils pas finir le chargement en mettant leur tachygraphe sur la position « repos » quand ils ne retirent pas leur carte tachygraphe afin de mettre l’appareil sur « OUT » ? Ceci n’est un secret pour personne et les autorités qui contrôlent sont aussi au courant de la pratique… Bien entendu, pour éviter de perdre trop de temps, un temps qui a été perdu par un autre que le chauffeur lui-même, et bien le chauffeur reprendra la route après avoir passé une partie de son temps de repos à charger son camion.

Le SECOP-ITSRE dit STOP à l’hypocrisie qui règne dans le secteur depuis bien trop longtemps. Nous réclamons qu’en cas de procès-verbal pour dépassement de l’amplitude, et ceci dans le courant de la semaine en cours, le procès-verbal soit attribué uniquement à l’entreprise qui aura mis le chauffeur en retard sur son planning.

 

Nous considérons que le temps « normal » de chargement/déchargement, et ceci en fonction de la majorité des types de camion, est d’une heure tout au plus. Nous demandons aux Autorités que le procès-verbal soit attribué exclusivement à l’entreprise qui charge ou qui décharge si son chargement/déchargement excède 1h30. Attention, notre proposition tient sur l’aspect du chargement/déchargement à condition que le camion soit arrivé aux portes de l’entreprise 1h30 avant la fin de l’amplitude normale de travail.

Une proposition a été adressée à la Commission européenne du transport ce vendredi 27 octobre 2017 par le SECOP-ITSRE Syndicat belge du transport.

De gauche à droite

Pascal DEBRUYN (ancien président de l'UNOTRE), Philippe CUVELIER (ancien Ministre du Transport français) et Alain DURANT (président du SECOP-ITSRE)

 

Nous sommes heureux d'avoir pu collaborer à cette campagne de sensibilisation...

Merci à l'AWSR de prendre enfin en compte, les réalités vécues par les routiers...

Lire le communiqué de presse de l'AWSR : Cliquez ICI